// Saga Internet Explorer : 20 ans de Web en images

Diaporama : Avec Windows 10, Microsoft a préféré Edge, son nouveau navigateur Web, au vieillissant Internet Explorer.

Le navigateur historique de Microsoft, né en 1995, n'évoluera plus si l'on en croit les annonces de Microsoft. Du reste, s'il est bien présent au coeur de Windows 10, il est relativement bien masqué : plus aucun raccourci sur le bureau ne permet de le lancer. Microsoft conserve en effet Internet Explorer dans Windows 10 à des seules fins de compatibilité.

Retour en images sur l'histoire d'un navigateur mythique, d'Internet Explorer 1.0 à Internet Explorer 11 !
Partager ce diaporama
Image: 1/35
Publiée par Julien JAY

   
  • CD Internet Explorer
    Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  •  
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com
     
  • Clubic.com / Julien Jay
     
Crédit : DR
 
Modifié le lundi 17 août 2015
En vingt ans, de 1995 à 2015, Microsoft a créé un navigateur Internet qu'il a emmené au sommet, non sans quelques ennuis sur le plan judiciaire, avant de perdre dangereusement du terrain face à une concurrence soutenue, passant de 91% de parts de marché en 2004, à 57% au premier trimestre 2015 (chiffres Net Applications).

Si Microsoft a écrasé le Netscape Navigator d'antan avec Internet Explorer, l'immobilisme de la marque après 2001 a favorisé l'éclosion d'alternatives, de Firefox à Chrome. Des alternatives qui sont devenues de vrais standards de facto, quand Internet Explorer est perçu comme un dinosaure, décrédibilisé par ses nombreux problèmes de sécurité.

L'arrivée de Edge, le nouveau navigateur Web de Microsoft, devrait mettre un terme à l'aventure Internet Explorer. L'occasion pour nous de revenir en images sur 20 ans d'IE ! Et on a même exhumé les CD des premières versions du navigateur, maintenant devenus collectors. Notez que nous nous concentrons ici sur les versions majeures d'Internet Explorer pour Windows.
L'histoire d'Internet Explorer démarre avec Windows 95. Nous sommes le 24 août 1995 lors de la sortie mondiale de Windows 95, un système d'exploitation largement attendu par les utilisateurs PC.

Si Windows 95 apporte de nombreuses nouveautés, dont une interface graphique entièrement revisitée face à Windows 3.1, l'OS n'intègre pas de navigateur Web par défaut. Celui-ci est proposé avec un complément logiciel « Microsoft Plus ! pour Windows 95 » qu'il faut acquérir séparément.
Une fois le pack « Plus ! pour Windows 95 » installé, on découvre une nouvelle icône sur le bureau baptisée « Le réseau Internet ». Car Internet Explorer 1.0 ne s'appelle pas encore Internet Explorer dans nos contrées. Il faut dire qu'en ces temps, Microsoft n'embrasse qu'à moitié Internet préférant nourrir l'ambition de créer son propre réseau : The Microsoft Network.

Cette première version est du reste basée sur un autre logiciel « Spyglass Mosaic », Microsoft n'ayant pas encore développé son propre moteur de rendu des pages Web. La société utilise sous licence le travail de Spyglass, qui utilise le code source de Mosaic de NCSA.
Internet Explorer 1.0, alias dans la version française « Explorateur Internet », s'apparente déjà dans son approche aux navigateurs Web modernes : on retrouve une barre d'adresses où l'on tape l'URL du site que l'on veut visiter, des boutons « précédent / suivant », ainsi qu'une barre d'outils.

Ici, l'affichage de la page d'accueil Yahoo.fr ne se fait... pas.
Google non plus ne s'affiche pas en 2015 sous Internet Explorer 1.0. Notez au passage le logo Windows près de la barre d'adresses : celui-ci s'anime rapidement lors du chargement des pages et est censé nous faire patienter. A l'époque, en RTC, charger une page Web est long, très long.
La boîte de dialogue « A propos » de l'Explorateur Internet nous rappelle son nom francisé, son numéro de version qui n'est même pas ramené à « 1.0 » et son lien de parenté avec Mosaic.
Enfin, les options du navigateur sont sommaires : une volée de quatre onglets, quelques cases à cocher, et à l'époque, aucun souci des notions de sécurité, aujourd'hui primordiales. En 1995, le plus important semble être de changer la couleur d'un lien cliquable ou déjà visité pour faciliter la navigation, ou de désactiver l'affichage des images si le chargement est trop long.
Peu de temps après la sortie d'Internet Explorer 1.0, Microsoft propose Internet Explorer 2.0. Les connexions sont lentes et il vaut mieux se procurer un CD pour installer la nouvelle version du logiciel que tenter son téléchargement en 28,8 Kbps. Pourtant, le fichier d'installation MSIE20.EXE ne fait que 1 176 Ko.

C'est tout l'objet du Microsoft Internet Starter Kit, un logiciel vendu dans le commerce avec Internet Explorer 2.0 et sorti dans le courant du mois d'avril 1996.
Internet Explorer 2.0 est toujours baptisé en français « Explorateur Internet » et son raccourci sur le bureau Windows se nomme simplement « Internet ».

Le logiciel n'affiche pas du tout Clubic.com, ce qui se solde par un « Forbidden ».
Peu de changements cosmétiques pour la version 2.0 de l'Explorateur Internet Microsoft. On retrouve un bouton Imprimer qui fait son apparition dans la barre d'outils, un bouton pour envoyer par mail le lien vers le site visité tandis que les favoris s'appellent « Pages préférées » (et non « Préférées » dans Internet Explorer 1.0).

Si d'apparence Internet Explorer 2.0 ne change pas des masses, sous le capot plusieurs nouveautés :

  • Protocole SSL,
  • Cookies HTTP,
  • HTML3 avec tableaux et frames,
  • Intégration d'un client newsgroup
Malgré tout, l'affichage de Google.fr... reste compliqué en 2015 pour Internet Explorer 2.0 ! Et si nous listions quelques unes des fonctionnalités d'Internet Explorer 2.0, n'oublions pas l'affichage des JPEG progressif. Comme les connexions de l'époque étaient lentes, il s'agissait d'afficher les images JPEG de manière progressive, au fur et à mesure de leur téléchargement.
La boîte de dialogue « A propos » se densifie quelque peu et mentionne cette fois-ci une version 2.0. En revanche, le nom français du navigateur fait toujours l'objet d'une traduction, comme indiquée précédemment alors même que la documentation accompagnant le navigateur évoque « Microsoft Internet Explorer 2.0 ».
Et pour la première fois, l'onglet Sécurité apparaît dans Internet Explorer. Si ce n'est pas encore la priorité numéro un des développeurs, l'arrivée du protocole SSL n'est pas étrangère à ces nouvelles options.
Internet Explorer 3.0 sort dans le courant de l'été 1996. Il est intégré d'office à Windows 95 dans sa version OSR 2.0 et est par ailleurs téléchargeable. Son fichier d'installation pèse 9,59 Mo pour la version française.

Il est accompagné d'Internet Mail et d'Internet News : le premier est un client mail, le second, un logiciel pour naviguer sur les très en vogue newsgroups de l'époque.
Alors que les deux premières versions du célèbre navigateur partageaient la même interface utilisateur, Internet Explorer 3.0 étrenne un tout nouveau look & feel avec des barres d'outils que l'on peut redimensionner et/ou déplacer.

Le logiciel se nomme maintenant « Internet Explorer » mais son icône n'a pas encore la célèbre forme du « e ». En revanche, on retrouve le « e » dans la barre d'outils à la place du logo Windows s'animant lors du chargement des pages Web.
Alors que les utilisateurs du fameux Netscape Navigator se riaient d'Internet Explorer dans ses deux premières versions, Internet Explorer 3.0 inverse la tendance. Le navigateur rattrape son retard sur son concurrent le plus direct. Dans cette mouture on retrouve notamment sous le capot :

  • Introduction des ActiveX,
  • Gestion du Visual Basic Scripting et du JavaScript,
  • Support amélioré des tableaux & frames HTML,
  • Gestion des feuilles de style CSS,
  • Protocoles de sécurité SSL 2.0 & SSL 3.0


Et ce n'est pas tout puisque Internet Explorer 3.0 profite également de fonctions de filtrage pour les sites web, de sorte à proposer un certain niveau de contrôle parental en limitant l'accès à certaines pages.
Internet Explorer 3.0 introduit la boîte de dialogue de téléchargement. Celle-ci est dorénavant séparée de votre navigation, ce qui permet de surfer sur d'autres sites alors que le téléchargement se déroule.
Nous sommes en septembre 1997 : la guerre des navigateurs bat son plein et Microsoft lance Internet Explorer 4.0. Intégré nativement à Windows 98, le nouveau navigateur de Microsoft capitalise sur les forces de son prédécesseur. Et pas seulement, puisque Microsoft lie Internet Explorer si intimement à Windows qu'il n'est pas possible de s'en priver. Sous Windows 98, Internet Explorer est en charge de l'affichage du poste de travail et de la navigation dans vos fichiers avec l'idée sous-jacente qu'à tout moment vous pouvez saisir une adresse Internet pour vous retrouver... sur une page Web.

C'est l'époque d'un fantasme médiatique collectif, celui du « push ». L'information est censée venir à vous, plutôt que vous n'alliez la chercher. Ainsi apparaissent les chaînes (la barre de droite sur la capture) ou Active Channel Technology et l'Active Desktop.

Le bureau retoqué en Active Desktop est capable d'afficher des éléments qui se rechargent dynamiquement. Hélas pour Microsoft, l'Active Desktop est surtout connu et reconnu pour ses plantages à répétition. Et pour naviguer dans le contenu des chaînes, on dispose de divers modes dont un mode plein écran où barre de titres, barre de menu et autres disparaissent pour laisser la place au contenu.
Internet Explorer 4.0 introduit pour la première fois l'icône en forme de « e » qui restera son symbole jusqu'à aujourd'hui. En termes d'ergonomie, Internet Explorer 4.0 reconduit les barres d'outils d'Internet Explorer 3.0, sans toutefois les arabesques décoratives, tandis qu'apparaissent les volets.

On dispose sur son espace de travail d'un volet « Favoris » et d'un volet « Historique » notamment. Le mode de navigation « hors connexion » fait son apparition permettant de consulter des pages Web sans être connectés histoire de sauvegarder les précieuses heures de votre forfait Internet, à l'époque, limité.
Sous le capot, Internet Explorer 4.0 se dote d'un tout nouveau moteur de rendu des pages Web, le fameux Trident encore utilisé... de nos jours avec Internet Explorer 11. IE 4.0 c'est aussi la technologie DHTML ou Dynamic HTML ou les PNG. Et IE 4.0 profite par défaut d'un cryptage 40 bits des données, alors qu'une mise à jour ultérieure, et soumise aux régulations à l'époque du chiffrement militaire, portera celui-ci à 128 bits.

Microsoft profite d'Internet Explorer 4.0 pour proposer diverses technologies ou logiciels : Outlook Express 4.0 fait son apparition pour la lecture des mails et newsgroups dans un seul logiciel ; NetMeeting est toujours présent pour les vidéoconférences ; et Microsoft Chat 2.0 permet d'échanger avec divers correspondants sous forme de chat.
Internet Explorer 5.0 sort dans le courant de l'année 1999 et ce sera le dernier des Internet Explorer à supporter Windows 3.x et NT 3.x. Il est intégré à Windows 98 Deuxième Edition en septembre 1999 et à Windows 2000 lors de son lancement commercial en février 2000.

Niveau ergonomie, Internet Explorer 5.0 représente une douce évolution face à Internet Explorer 4.0. Pas de bouleversement, mais de petits ajustements avec un volet Favoris amélioré, qui peut dorénavant accueillir des raccourcis vers le réseau local ou ses propres fichiers, alors qu'un dialogue pour organiser ses favoris apparaît.

La recherche se veut plus intelligente via un complément (l'assistant interroge les principaux moteurs de recherche et vous fournit les réponses) tandis que la technologie IntelliSense de Microsoft se fraie un chemin dans la barre d'adresses pour compléter automatiquement vos saisies.

La navigation dans les serveurs FTP se fait de la même manière que l'on naviguerait dans ses fichiers locaux.

Techniquement, cette version d'Internet Explorer supporte le XML, le XSLT ainsi que les CSS de niveau 1 et 2. Il est possible de sauvegarder les pages Web et l'intégralité des contenus qui les composent en MHTML ou HTML notamment. Et Microsoft introduit le support des favicon pour récupérer l'icône d'un site Web.

Logiquement cette version d'Internet Explorer s'accompagne d'Outlook Express 5.0 inaugurant à l'époque une nouvelle interface et la prise en charge de plusieurs comptes.
Peu de temps après la sortie d'Internet Explorer 5.0, Microsoft propose Internet Explorer 5.5. Une version intermédiaire qui sort en juillet 2000 et se dote d'un meilleur support des standards HTML et CSS. Intégré à Windows Me, Internet Explorer 5.5 est pourvu d'un cryptage 128 bits.

Pour l'utilisateur final, la seule et unique nouveauté fonctionnelle sera à chercher du côté de l'Aperçu avant impression. Le navigateur de Microsoft propose un aperçu, ce qui permet enfin de sauver des arbres.
Internet Explorer 6.0 est un cas d'espèce intéressant. Sortie en août 2001, en même temps quasiment que le lancement de Windows XP, la sixième version majeure du navigateur de Microsoft a connu un développement tumultueux avec à la clé des retraits de fonctionnalités.

Dans l'oeil de la tempête judiciaire, Microsoft doit revoir certains de ses plans pour Internet Explorer 6.0 et notamment retirer in-extremis les fameux smart-tags ou le gestionnaire de téléchargement des toutes premières Beta. Au-delà, Internet Explorer 6.0 est surtout connu pour ses innombrables failles de sécurité et l'immobilisme de Microsoft à le faire évoluer.

Jugez plutôt : Internet Explorer 6.0 sort à l'été 2001, il évoluera dans la douleur en août 2004 avec la version Service Pack 2 de Windows XP (jamais mise à disposition des éditions antérieures de Windows). Mais cette évolution concerne uniquement les aspects sécuritaires du navigateur. Pour l'utilisateur... rien de neuf. Internet Explorer 7.0 sortira finalement en octobre 2006 !
Dans sa version RTM initiale, Internet Explorer 6.0 se dote d'un nouveau look & feel adoptant la nouvelle interface graphique Luna de Windows XP. L'utilisateur profite aussi d'un volet Windows Messenger (pour voir ses contacts en ligne) et d'une barre média pour contrôler la lecture via une intégration du Windows Media Player.

Il apporte des améliorations au moteur de rendu des pages Web Trident, notamment au niveau des CSS. Le navigateur gère de nouvelles propriétés et corrige un bug de longue date lié à l'interprétation des largeurs de certains éléments. Des améliorations au DHTML sont au menu ainsi qu'un nouveau moteur MSXML.

Avec le Service Pack 2 de Windows XP, Internet Explorer 6.0, qui n'est désormais plus distribué qu'avec Windows, intègre un bloqueur de popups (notre capture), le blocage des ActiveX tant décriés et la possibilité de gérer les modules complémentaires (désactiver facilement toutes les toolbars et autres). A noter que la barre média décrite plus haut disparaît. Internet Explorer 6.0 profite dans sa version SP2 de la mise en place du DEP qui protège davantage l'utilisateur contre les logiciels malveillants, en verrouillant les zones mémoire de manière matérielle.
Cinq ans après Internet Explorer 6.0, Microsoft nous offre enfin en 2006 une nouvelle version de son navigateur. Les mauvaises langues diront qu'Internet Explorer est l'exemple même d'un comportement monopolistique : après avoir tué un marché, on le laisse stagner...

Intégré à Windows Vista et proposé aux utilisateurs de Windows XP et Windows Server 2003 via le programme Windows Genuine Advantage (qui exige la validation de la licence Windows), Internet Explorer 7.0 introduit une nouveauté cruciale pour la navigation : les onglets. Alors que les navigateurs concurrents le proposaient déjà, Internet Explorer s'y met enfin, et il est même possible de glisser/déposer les onglets.
Internet Explorer 7.0 ajoute diverses nouveautés au delà des onglets avec notamment les abonnements aux flux RSS ; en parallèle, son objectif numéro 1 reste la sécurité.

Sous Windows Vista, le navigateur, qui s'exécute en mode protégé via une sandbox, est le premier à être décliné en version 64 bits. Il se dote d'un filtre anti-phishing si joliment traduit par anti-hameçonnage en français (notre capture), alors que l'installation des ActiveX s'opère dorénavant selon un Opt-In. Signalons la barre de zoom qui permet d'agrandir ou de réduire n'importe quel contenu Web.

Le chiffrement passe à 256 bits sous Windows Vista tandis qu'un bouton Réinitialiser fait son apparition pour remettre à zéro la configuration du navigateur. La suppression des données de navigation se fait désormais en un seul clic avec le bouton « Supprimer... ».

Enfin du côté des standards Web, les PNG transparents sont gérés et de petites améliorations sont apportées côté HTML & CSS.
Internet Explorer 8.0 sort en 2009, un peu moins de trois ans après la précédente version, et est intégré nativement à Windows 7. Il est fourni aux utilisateurs de Windows XP et Windows Server 2003 : cela sera d'ailleurs la dernière version d'IE en date pour ces OS.

Le navigateur a un objectif : mieux supporter les standards du Web. C'est ainsi que pour la première fois, IE passe le test ACID 2. Ici encore Microsoft a amélioré le moteur HTML ainsi que le rendu des CSS.
Côté utilisateur, si l'interface graphique n'est pas bouleversée, Internet Explorer 8.0 introduit le mode de navigation « In-Private » (notre capture). L'idée de ce mode de navigation privée est de ne conserver aucune trace de votre surf. Le navigateur se dote également du filtre SmartScreen qui renforce encore la protection contre les logiciels et sites malveillants en bloquant notamment l'accès aux téléchargements de sites ne figurant pas sur sa liste blanche.

IE 8.0 s'équipe aussi d'accélérateurs, sorte de réminiscence des Smart-tags avortés d'IE 6.0 : en sélectionnant des éléments d'une page Web, comme du texte, on peut accéder rapidement à des services connexes.

Et IE 8.0 de proposer les « Slices » où un utilisateur peut s'abonner à des portions d'une page Web, qui sera mise à jour automatiquement... un peu dans l'esprit Active Desktop.
Un peu plus de deux ans séparent Internet Explorer 8.0 et Internet Explorer 9.0. Cette nouvelle mouture ne s'adresse qu'à Windows Vista, Windows 7 et les variantes serveur, excluant de fait Windows XP et Windows Server 2003.

De nouveau, Internet Explorer évolue du côté de son moteur de rendu avec la gestion des feuilles de style CSS3 ou encore la support du SVG et des profils couleur ICC. Pour la première fois, Internet Explorer gère la vidéo en HTML5.

Côté utilisateur, l'icône évolue subtilement, l'interface s'affine et l'on profite d'une nouvelle vue à l'ouverture des onglets listant les onglets les plus fréquents avec une miniature représentant leur contenu.
Internet Explorer 9.0 propose un gestionnaire de téléchargement. Cela faisait tellement longtemps qu'on l'attendait que ça en serait presque révolutionnaire !

Et les utilisateurs de Windows 7 profitent de la possibilité d'épingler des sites Web : l'idée est de donner à un simple raccourci vers une page Web, le comportement d'une application.
Internet Explorer 10 voit le jour en 2012 et a deux visages. Intégré à Windows 8, le navigateur est proposé comme un logiciel Windows classique (notre capture) et comme une app Modern UI adoptant les codes du nouvel environnement graphique de Microsoft.

Côté interface utilisateur, peu de changements face à Internet Explorer 9.0, les deux navigateurs étant quasiment identiques. Côté rendu des pages Web en revanche, Internet Explorer 10 améliore encore les choses avec la gestion de plusieurs fonctionnalités liées aux CSS3, un nouvel ID agent utilisateur ou encore la prise en charge de nouveaux éléments du HTML5.
Si la version Metro d'Internet Explorer 10 utilise le même moteur de rendu, elle ne reprend pas les cookies générés par le logiciel dans sa version Desktop contribuant au côté frankensteinesque de Windows 8. En revanche, les favoris sont partagés.

Microsoft désactive les extensions sur cette mouture d'Internet Explorer dont la présentation graphique vise à afficher tout le contenu des pages Web à l'écran, avec le minimum d'interface graphique, sauf à cliquer droit de la souris pour accéder à certaines fonctions.

Quant au Flash, il est pour la première fois intégré à Internet Explorer (et non distribué avec). Et si cette intégration est censée avoir été réfléchie pour optimiser la consommation notamment, elle est plus restreinte avec la version Metro du navigateur puisque Microsoft maintient une liste blanche des sites qui peuvent faire appel à Flash depuis l'environnement Metro.
Dernière version en date d'Internet Explorer, Internet Explorer 11 est disponible tant pour les systèmes Windows 7 que Windows 8 depuis la fin d'année 2013.

Peu de nouveautés cosmétiques pour cette version qui se concentre surtout sur le rendu avec la prise en charge du WebGL, le décodage accéléré en hardware des fichiers JPEG ou encore des outils de développement largement remaniés.

Les performances du navigateur sont améliorées notamment pour le JavaScript, tandis que certaines fonctions disparaissent : le glisser/déposer de contenu depuis IE vers une autre application ne fonctionne plus, et le raccourci CTRL+Q pour l'affichage des onglets et leur contenu n'est plus d'actualité.
Aujourd'hui, si Microsoft n'a pas abandonné Internet Explorer, c'est bel et bien Edge, précédemment connu sous le nom de code Project Spartan, qui est mis à l'honneur sous Windows 10.

Doté d'une Interface épurée et d'une réactivité améliorée, Edge se démarque assez radicalement d'Internet Explorer, dont il hérite toutefois du moteur de rendu des pages Web, puisqu'il utilise un dérivé du Trident, revu et allégé pour l'occasion.

Tous les commentaires

  • spae0899
    23/08/2015 18:14:48

    adrenalinedj Richie Adler laminar Oui, adieu stylet, une vraie révolution. En deux clics ça fonctionnait.

  • manycalavera
    22/08/2015 12:41:27

    chriscombs Tu utilise IE , oui pour telecharger Firefox :)

  • Picalain
    22/08/2015 11:40:02

    Je me souviens que Internet Exploreur était payant et n'était pas inclus dans le Windows de l'époque.  Il fallait donc l'acheter comme un paquet de lessive dans les rayonnages de la FNAC etc. J?utilisai  Netscape qui me plaisait beaucoup en plus très beau.

  • chr.jean
    17/08/2015 17:06:37

    Bibifokencalecon le_repenti C'est la norme HTML qui l'était, pas tellement les navigateurs

  • Steuph
    17/08/2015 10:26:35

    fredoslack C'est une mise à jour ;)

BE GEEK ! Avec clubic