Espace membre :
flechePublicité

// Roland Garros : scores, 3D, les coulisses technologiques du tournoi

Le tennis n'a pas l'image d'un sport moderne, mais il n'est pas réfractaire à la technologie pour autant, au contraire. Elle sait néanmoins se faire discrète, en particulier à Roland Garros, dont il faut visiter les coulisses pour découvrir l'ampleur des moyens déployés.
Partager ce diaporama
  • Roland Garros : les coulisses technologiques du tournoi

    Romain Heuillard / Clubic
     
  • Euro Media Group
     
  • Romain Heuillard / Clubic
     
  • Romain Heuillard / Clubic
     
  • Romain Heuillard / Clubic
     
  • Romain Heuillard / Clubic
     
  • Romain Heuillard / Clubic
  • Romain Heuillard / Clubic
     
Crédit : DR
 
Roland Garros, comme la plupart des autres manifestations sportives internationales, s'apprécie par la majorité de ses spectateurs à la télévision. La zone dédiée aux télévisions internationales occupe ainsi l'équivalent de deux courts de tennis.

On y trouve notamment les cars régie qui sont sous la responsabilité directe de la Fédération Française de Tennis (FFT), qui a confié à France Télévisions la captation et la réalisation des matchs en 2D, mais aussi et surtout à Euro Media celle des matchs en 3D, exclusivement sur le court central.
Comme souvent, la 3D bénéficie d'un circuit dédié et autonome, en parallèle du circuit 2D traditionnel. Celui-ci repose pour commencer sur six caméras 3D :
  • trois rigs faits maison à miroir, cette conception permettant un écartement réduit des deux caméras pour les plans rapprochés
  • un rig de deux caméras juxtaposées en fond de court, en raison de contraintes de compacité
  • deux caméras de poing Panasonic
Toutes sont reliées au car régie en fibre optique. Quelques caméras 2D de France Télévisions sont également exploitées, en particulier celle survolant les deux courts principaux sur un filin, après conversion artificielle en 3D.
Alors que seuls le réalisateur et l'ingénieur du son (et leurs multiples collaborateurs immédiats) occupent habituellement tout un car régie, ils côtoient ici une troisième équipe dédiée à la 3D, dont les équipements sont si nombreux qu'ils dépassent dans deux armoires sous une tente à l'extérieur.

Le travail de réalisation en 3D est techniquement identique à celui en 2D, au-delà du matériel spécifique, mais le rythme et les angles sont différents, principalement pour le confort du téléspectateur, et il y a donc un réalisateur, un truquiste (pour les incrustations), deux opérateurs de ralenti, et des commentateurs dédiés.
Mais avant d'être acheminées au réalisateur, qui donne des ordres aux cadreurs et choisit quelle caméra diffuser à quel moment, les images des six caméras sont donc optimisées par une équipe de six personnes au travers de machines dernier cri dédiées au traitement de la 3D.

Les caméras sont avant tout calibrées avant chaque captation. Les zooms, les mises au point et les diaphragmes de chacune des paires vont de butée en butée pour se caler entre eux, en raison des écarts existant en sortie d'usine, et le miroir à 45° est ajusté par un moteur pour obtenir un décalage inférieur ou égal à une ligne de pixels, soit 0,1 % de marge de manœuvre pour du Full HD 1080p. Une modification du micrologiciel des zooms Canon détourne quant à elle le fonctionnement des stabilisateurs pour ajuster la télécentricité, ce phénomène qui pourrait autrement décaler le centre optique des objectifs en fonction de leur focale, ce qui est problématique en 3D.

En régie, un opérateur commande à distance l'ouverture des 4 rigs principaux. Il passe d'un rig à l'autre toutes les demi-secondes et ajuste l'ouverture de chacun d'eux de quelques dixièmes de diaphragme au fil des nuages et des évolutions de la luminosité. Ils travaillent avec de faibles ouvertures, aux antipodes de leurs confrères de la 2D, pour faciliter la mise au point.

Trois autres opérateurs ajustent quant à eux la convergence, c'est-à-dire le point auquel le champ des deux caméras se croise, en contrôlant des machines dédiées qui l'obtiennent de façon logicielle plutôt qu'en contrôlant des moteurs qui ajustent physiquement les caméras.
Une fois réalisé, le flux 3D est confié à Eurosport 3D qui le diffuse dans toute l'Europe, sauf en France, où il est confié à Orange qui en détient l'exclusivité. C'est donc l'opérateur, d'une pièce d'un bâtiment préfabriqué voisin, qui procède aux derniers ajustements avant la diffusion auprès de ses abonnés sur la chaîne « 3D en direct ».

Il appose le logo de sa chaîne, mélange le son d'ambiance du court à celui du commentateur francophone, puis transmet l'ensemble à sa filiale GlobeCast, par fibre optique et au format SDI à 1,4 Gbps, qui le transcode une fois et une seule en H.264 à environ 6 Mbps à destination de ses abonnés. Il assure également l'animation de la chaîne entre deux matchs, en rediffusant des moments enregistrés sur place.

Il retransmet enfin le flux de chacun des sept courts équipés, tel qu'il lui est transmis par la Fédération Française de Tennis et France Télévisions, sur la mosaïque et sur les sept canaux événementiels dédiés à Roland Garros, pendant que France Télévisions passe d'un match à l'autre sur l'une de ses chaînes de la TNT.
Quelque soit le canal, les truquistes ont recours à une solution fournie par IBM, principal partenaire technologique de Roland Garros et des autres tournois du grand chelem depuis des années, offrant 50 dispositions prédéfinies pour l'incrustation du tableau des scores et de la multitude de statistiques qu'il collecte.

La collecte de ces données est d'ailleurs beaucoup moins automatisée qu'on pourrait le penser, elle est même presque entièrement manuelle. Tout part d'un clavier spécifique, croisement entre un pavé numérique et un clavier de caisse enregistreuse, sur lequel ce qu'on appelle des marqueurs, deux par court, saisissent les moindres détails du match.

La mesure de la vitesse quant à elle est assurée au service par deux radars à effet Dopler, au fonctionnement similaire à ceux employés par la police sur la route.
Les trajectoires en 3D quant à elles ne sont pas le fruit des équipements d'IBM mais de ceux d'Hawk-Eye, une société dont c'est le cœur de métier, sous-traitante de France Télévisions et non de Roland Garros. Si dans tous les autres tournois du grand chelem ce système fait partie intégrante de l'arbitrage, il est purement indicatif à Roland Garros, où on estime que les traces sur la terre battue font foi.

Il repose sur dix caméras à haute vitesse qui, une fois combinées et calibrées, permettent d'obtenir les coordonnées en trois dimensions de la balle (et dans une moindre mesure des joueurs), permettant de savoir avec une grande précision si elle est bonne ou non.

Notons au passage qu'en fonction des configurations, Hawk-Eye peut réduire sa précision aux alentours des lignes mais automatiser l'arbitrage et le comptage des points.
Quoi qu'il en soit, les données collectées par IBM servent à l'affichage des scores, sur le court comme en incrustation à la télévision, mais aussi sur le site Internet officiel de Roland Garros, qu'il conçoit et héberge, et sur l'application iOS.

IBM a également inauguré cette année un nouveau service, « IBM SlamTracker », qui repose sur des millions de données collectées au cours de centaines de matchs des différents tournois du grand chelem pour fournir l'avantage statistique d'un joueur par rapport à l'autre mais aussi les « clés du match », c'est-à-dire les actions qui se sont précédemment avérées payantes face à un adversaire spécifique.

IBM scrute enfin les réseaux sociaux, principalement Facebook et Twitter, pour obtenir des tendances concernant les joueurs et les relayer.
flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Top logiciels Gestion & Projet

Celtx
Outil de création de scénario gratuit et pratique !
GanttProject
Planifier des projets grâce à des diagrammes de Gantt
ToDoList
Gestionnaire de projets de programmation
Open Workbench
Outil de gestion de projet Open Source
Freemind
Organiser ses idées sous forme de diagramme
ProShow Producer
création de diaporamas

Partenaire Clubic.com

flechePublicité
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité