Espace membre :
flechePublicité

// Comment fonctionne Internet par satellite ? Un téléport en images

Le marché des télécommunications s'apprête à vivre la révolution du très haut débit. Mais pour la prochaine décennie, seuls les citadins pourront en bénéficier, alors que certains ruraux découvrent seulement le haut débit. Contre l'accroissement de la fracture numérique, il existe une solution viable mais encore méconnue : l'Internet par satellite. Mais comment fonctionne-t-il ?
Partager ce diaporama
Image: 1/11
  • Téléport d'Eutelsat

    Andrzej Gorskowski / Eutelsat
     
  • Romain Heuillard
     
  • Eutelsat
     
  • Eutelsat
     
  • International Launch Services
     
  • Eutelsat
     
  • Romain Heuillard
     
  • Stefan Kraus / Eutelsat
     
  • Romain Heuillard
     
  • Romain Heuillard
     
  • Romain Heuillard
     
Crédit : DR
 
Pour le savoir, nous avons visité le téléport d'Eutelsat. Eutelsat est le troisième opérateur satellite au monde et représente avec l'américain Intelsat et le luxembourgeois SES (Astra) 80% du marché.

Chacun d'eux dispose de son propre téléport. Celui d'Eutelsat se trouve à proximité de Rambouillet, à cheval sur les communes de Prunay-en-Yvelines et de Saint-Symphorien-le-Château en Eure-et-Loir. Il est donc à cheval sur deux départements mais aussi et surtout sur deux régions (l'Île-de-France et le Centre), ce qui offre de précieuses garanties en matière d'approvisionnement en électricité.
Un téléport dispose d'équipements permettant la mise en service, l'exploitation et la maintenance d'une flotte entière de satellites. Racheté à France Telecom en 2004, date à laquelle il en comptait 35, celui d'Eutelsat totalise à ce jour 200 antennes et emploie 70 personnes.

C'est d'ailleurs à l'opérateur historique qu'on doit la plus imposante, qui mesure 18 mètres de diamètre. Mais elle a été arrêtée en 2010, car des antennes de 3,8 m délivrent aujourd'hui les mêmes performances pour un coût moindre : il faut effectivement les chauffer en hiver pour éviter qu'elles ne gèlent, ce qui perturbe voire coupe les transmissions.

Quoi qu'il en soit, le site était exploité par l'armée dès la fin de la seconde guerre mondiale pour communiquer par radio avec des sous-marins. Aujourd'hui encore l'emplacement combine tous les critères favorables : il est isolé de causes d'interférences comme des aéroports, il se trouve sur un plateau surélevé et bénéficie d'une excellente visibilité sur l'arc géostationnaire. Certaines antennes peuvent ainsi raser le sol pour communiquer avec des satellites desservant du continent américain au continent asiatique.
Intelsat, SES ou Eutelsat sont des opérateurs et ne fabriquent pas ou ne lancent pas eux-mêmes les satellites qu'ils exploitent.

En l'occurrence le satellite KA-SAT, entièrement dédié à la fourniture d'accès à Internet, a été fabriqué par Astrium (filiale d'EADS) sur une plateforme Eurostar E3000 avec la technologie SurfBeam 2. Il doit son nom à l'emploi de la bande de fréquences Ka, dont la grande directivité permet de multiplier les faisceaux et de réutiliser les spectres pour couvrir une zone comme l'Europe entière d'un seul satellite.

Présenté comme « le premier satellite européen de grande capacité », KA-SAT abrite pour ce faire l'équivalent de dizaines de centraux terrestres, de quoi délivrer une bande passante de 90 Gb/s vers plusieurs centaines de milliers de clients.
Intelsat, SES ou Eutelsat sont des opérateurs et ne fabriquent pas ou ne lancent pas eux-mêmes les satellites qu'ils exploitent.

En l'occurrence le satellite KA-SAT, entièrement dédié à la fourniture d'accès à Internet, a été fabriqué par Astrium (filiale d'EADS) sur une plateforme Eurostar E3000 avec la technologie SurfBeam 2. Il doit son nom à l'emploi de la bande de fréquences Ka, dont la grande directivité permet de multiplier les faisceaux et de réutiliser les spectres pour couvrir une zone comme l'Europe entière d'un seul satellite.

Présenté comme « le premier satellite européen de grande capacité », KA-SAT abrite pour ce faire l'équivalent de dizaines de centraux terrestres, de quoi délivrer une bande passante de 90 Gb/s vers plusieurs centaines de milliers de clients.
Avec des normes de fiabilité et de redondance drastiques, la charge utile du satellite occupe un grand parallélépipède de 8 m de haut et pèse 6,1 tonnes.

C'est un lanceur russe Proton qui a lancé au mois de décembre 2010 les 6,1 tonnes de KA-SAT. Mais Eutelsat peut faire appel à d'autres lanceurs, tels qu'Ariane 5, en fonction des disponibilités.
Quel que soit le lanceur, le satellite est libéré à une altitude relativement faible de 1300 km. Dès lors, c'est le téléport d'Eutelsat qui prend le relai jusqu'à la mise en service.

Pendant neuf jours, des dizaines d'ingénieurs se relaient dans une salle dédiée pour placer le satellite sur son orbite géostationnaire. Il s'agit d'appliquer une poussée à chaque révolution pour passer d'une orbite elliptique et d'une altitude variable à une orbite circulaire et géostationnaire. Une fois à 36..000 km d'altitude et à une vitesse de 3,1 km/s, le satellite est effectivement fixe par rapport au sol terrestre.
Une fois en orbite, les satellites sont testés de manière approfondie. KA-SAT est entré en service au mois de mai 2011.

Entre temps, il a rejoint les 30 satellites que d'autres ingénieurs maintiennent en position tout au long de leur exploitation. Suite à la mise en orbite, il reste deux tiers de carburant pour appliquer des corrections sur l'orbite imparfaite et compenser l'influence d'astres comme la Lune.

La durée de vie d'un satellite est en fait son autonomie en carburant. Après seize ans, KA-SAT brulera ses dernières goutes de carburant pour se désorbiter, c'est-à-dire pour être envoyé dans l'espace après avoir été mis hors service, au lieu d'encombrer l'arc géostationnaire.


Pendant tout ce temps, le satellite aura puisé les 11..000 Watts nécessaires à son fonctionnement de ses grands panneaux solaires.
Notons au passage l'existence d'une salle dédiée à l'exploitation des nombreux satellites de télédiffusion. On y surveille en permanence non pas la position des satellites mais le bon fonctionnement des services qu'ils embarquent.

Lors de notre visite cette salle était en travaux, c'est une salle de secours équivalente au siège social, dans le 15e arrondissement de Paris, qui assurait l'intérim. Chacune des salles est ainsi dédoublée.
Notons au passage l'existence d'une salle dédiée à l'exploitation des nombreux satellites de télédiffusion. On y surveille en permanence non pas la position des satellites mais le bon fonctionnement des services qu'ils embarquent.

Lors de notre visite cette salle était en travaux, c'est une salle de secours équivalente au siège social, dans le 15e arrondissement de Paris, qui assurait l'intérim. Chacune des salles est ainsi dédoublée.
KA-SAT repose donc sur une infrastructure terrestre, à la manière d'un réseau cellulaire. Dix stations (dont deux de secours) sont ainsi réparties au sol dans toute l'Europe*. Ces stations communiquent d'une part avec le satellite KA-SAT, au travers d'une antenne bidirectionnelle de 9 m de diamètre, et sont d'autre part raccordées à Internet par fibre optique. Chacune d'elle prend en charge une dizaine de faisceaux.

(À Madrid, Turin, Athènes, Berlin, Helsinki, Larnaka, Udine, Scanzano, Rambouillet et Cork)
En définitive, KA-SAT et d'autres satellites en bande Ka comme Astra 2F de SES permettent de bénéficier du haut débit jusqu'en zone blanche.

Eutelsat ne commercialise pas directement ses offres Tooway auprès du grand public. Mais le client final peut souscrire un abonnement auprès d'un distributeur comme Connexion Verte, NordNet ou Sat2Way, louer ou acquérir une parabole de 77 cm et un modem-routeur puis, en fonction de l'offre, télécharger jusqu'à 20 Mb/s et envoyer jusqu'à 6 Mb/s, ce qui est supérieur aux meilleures connexions ADSL. Mais les volumes ne sont pas toujours illimités et le temps de réponse d'un peu moins d'une seconde, sans être handicapant au quotidien, interdit certains usages comme le jeu vidéo en ligne.

Une offre triple play par satellite comparable à une offre terrestre peut-être deux à trois fois plus chère, mais l'Internet par satellite comble au moins la fracture numérique sur le plan technique.
flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Top logiciels

ASUS PC Probe
Tests et diagnostics de cartes mères ASUSTeK
System Explorer
Surveiller et gérer ses processus et services sans se prendre la tête
KillProcess
KillProcess peut supprimer n'importe quel processus en cours voulu
Bill2's Process Manager
Prenez un contrôle total sur vos processus et répartissez une tâche sur un ou plusieurs coeurs !
RightMark CPU Clock Utility
Utilitaire de réglage et de surveillance du processeur
Process Group Killer
Arrêter les processus inutiles
flechePublicité
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité