// Chiffrement pour tous : ProtonMail sort de bêta et ouvre ses portes

Diaporama :
Lancé en version expérimentale en mai 2014, le service ProtonMail souhaite démocratiser au maximum les échanges chiffrés et annonce que sa messagerie n'est désormais plus en bêta et accessible à tous.
Partager ce diaporama
Image: 1/9
Publiée par Guillaume BELFIORE

   
Crédit : DR
 
Modifié le jeudi 17 mars 2016
ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

ProtonMail se présente comme un service de messagerie strictement centré autour de la sécurité de l'internaute. Ce dernier fut conçu par des ingénieurs du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), de Harvard et du MIT outrés par les pratiques de la NSA. L'équipe explique qu'aucune métadonnée n'est collectée comme l'adresse IP ou l'heure de connexion.

ProtonMail souhaite simplifier le chiffrement PGP et chaque compte dispose de deux mots de passe. Le premier permet d'authentifier l'utilisateur pour lui retourner sa boite tandis que le second mot de passe ne transite jamais vers les serveurs de la société. Il sert à déchiffrer les données de l'utilisateur directement au travers du navigateur. De son côté, l'internaute peut envoyer des messages chiffrés et en plus paramétrer son expiration.


Jusqu'à présent ProtonMail n'était disponible que sur invitation mais désormais, tout le monde est en mesure de créer un compte utilisateur. Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays.

La société Proton Technologies a peu à peu implémenté de nouvelles fonctionnalités, qu'il s'agisse de pouvoir améliorer la gestion des messages, de personnaliser l'apparence du service ou encore de renforcer la sécurité. Pour mener à bien ce projet, l'équipe levé 2 millions de dollars en mars dernier. La société a également introduit un modèle payant permettant d'obtenir davantage de stockage ou d'y greffer un nom de domaine personnel.

« La meilleure manière de défendre notre droit à la vie privé est de donner les outils nécessaires au public aussi vite que possible et de replacer les décisions dans les mains des gens et non dans celles des gouvernements », explique l'équipe sur son blog officiel. Proton Technologies pointe les modèles publicitaires de Google et Facebook et revendique son indépendance et sa stratégie est plus transparente.

Sur le même sujet :

flechePublicité

Les bons plans !

flechePublicité

Tous les commentaires

  • Bombing Basta
    18/03/2016 15:04:06

    karnoxx  Prend un tel uTouch, et passe par navigateur ou attend qu'ils y fassent une appli officielle (et plus y'aura d'utilisateurs, plus ce sera rapide) ;)

  • Bombing Basta
    18/03/2016 02:00:20

    Dur dur de copier coller hein Clubic! https://protonmail.com/

  • Bombing Basta
    18/03/2016 01:59:16

    captainoftheship  Si tu regardes la bonne image, les tarifs sont là (version free dispo d'ailleurs), mais c'est clair que ça coûtait rien de le mettre dans le texte. Par contre, aucun lien vers le service... et là non plus ça ne coûtait rien et ce serait bien pratique, la base quoi...

  • Bombing Basta
    18/03/2016 01:55:20

    "Les applications mobile pour iOS et Android sont quant à elles disponibles dans tous les pays." En espérant qu'ils fassent une version uTouch, car tant qu'à faire, autant migrer sur un système moins [non] axé sur le merchandising de la donnée perso...

  • RonDex
    17/03/2016 18:06:43

    captainoftheship Il faut bien financer ce service : sans pub et sans revendre nos données perso. En général gratuit rime avec pub et «?c'est nous le produit?»?! Certains s?en moquent. Mais je pense que de plus en plus de personnes voudraient se tourner vers ce style de service avec la garantie de la protection de nos données, pas de pub, et pas de commerce avec nos données. Et je suis certains - avec les récentes news sur la protection de nos données - que beaucoup sont prêts à payer (10 ou 20 ? par an), pour avoir un tel service. Ce genre de messagerie ou logiciel équivalent (navigateur, etc.) ont surement un bon avenir., et ils vont se développer de plus en plus. Les gens préfèrent forcément les produits gratuits, mais oublie le côté financement (et NSA & co.)... Et de plus en plus de personnes en prennent conscience.

BE GEEK ! Avec clubic