le mercredi 07 février 2018

Orange diffuse toujours TF1 qui en a marre et saisit la justice

Le conflit entre l'opérateur historique Orange et le groupe de télévision TF1 s'enlise et s'envenime. Mardi 6 février 2018, l'opérateur historique a confirmé avoir reçu une assignation en justice de la part de TF1 dans le cadre du conflit qui les oppose et qui voit TF1 réclamer plus d'argent à Orange.

L'assignation en justice est une étape cruciale pour l'issue du conflit, que celui-ci se solde par une rupture des relations entre les deux groupes ou par un accord.

TF1 met la pression sur Orange en saisissant la justice


Après des négociations qui ont échoué, TF1 avait envoyé, le 1er février 2018, une demande à Orange : l'opérateur historique devait cesser la diffusion des chaînes du groupe auprès de ses abonnés via sa box TV tandis que TF1 coupait définitivement l'accès aux services premium comme le Replay.

Orange n'a pas obtempéré et TF1 s'est retrouvé bloqué : le groupe ne peut pas couper le signal à Orange de manière unilatérale. Orange n'acceptant pas de le faire de son plein gré, seule une décision de justice peut l'y contraindre. Avec cette assignation en justice TF1 met donc la pression sur Orange : soit un accord est trouvé soit la justice obligera l'opérateur à couper le signal et pourra octroyer à TF1 des dommages et intérêts de plusieurs millions d'euros.

01f4000008694338-photo-djingo-orange.jpg


Vers un accord ou une issue où tout le monde est perdant ?


Malgré la confirmation de l'assignation en justice, ce mercredi 7 février 2018 l'opérateur Orange diffuse toujours les chaînes du groupe TF1 sur sa box TV. Et désormais seules deux issues sont possibles.

Soit TF1 et Orange réussissent à trouver un accord soit les deux groupes se retrouveront dans une situation où ils seront tous deux perdants. Orange risque de ne plus pouvoir « vendre » les chaînes du groupe TF1 dans le cadre de son offre télévision tandis que TF1 risque de voir son audimat chuter et, de fait, ses revenus publicitaires.

Modifié le 14/02/2018 à 17h00
Commentaires