Freebox mini 4K : 7 choses qu'elle fait mieux que la Freebox Révolution

Bien qu'elle soit plus économique, la nouvelle Freebox mini 4K fait mieux que la Freebox Révolution sur plusieurs points. En voici une liste.


Free a présenté mardi la Freebox mini 4K, un nouvel équipement alléchant constitué d'un décodeur reposant sur Android TV et d'un routeur miniature. Au premier abord on pouvait penser que cet équipement allait supplanter la Freebox Révolution, mais comme on l'a vu c'est en fait la nouvelle offre premier prix.

En répondant à la Bbox Miami, la vitrine de Bouygues Telecom, tout en remplaçant la Freebox Crystal, qui renfermait un matériel âgé de 7 ans, la Freebox mini 4K cherche aussi à envoyer le message qu'Android TV est bas de gamme. Xavier Niel l'a confirmé entre temps, la Freebox v7 ne reposera pas sur la plateforme de Google.

Pourtant, avant même de l'avoir utilisée, on peut affirmer qu'il y a un certain nombre de choses que la Freebox mini 4K premier prix fait mieux que la Freebox Révolution.

En voici une liste.

F-reebox mini 4K

Ce qu'elle fait mieux


1
Comme son nom l'indique, la nouvelle Freebox d'entrée de gamme est « mini ». Elle s'intègre donc mieux à votre salon, ou peut bien mieux se cacher dans un meuble ou derrière un téléviseur, puisque sa télécommande communique par ondes radio, et non en infrarouge.

2
Le nouveau décodeur est aussi « 4K », il a donc un meilleur potentiel en matière de qualité d'image que le décodeur haut de gamme. Sa puce décode le HEVC, le codec de l'ère Ultra HD, et la sortie est une HDMI 2.0, permettant de diffuser de l'Ultra HD à plus de 24 Hz.

3
De nombreuses fonctionnalités découlent du recours à la plateforme Android TV, mais elles ne font pas moins de la Freebox mini 4K une meilleure box sur certains aspects. Elle bénéficie notamment de la reconnaissance vocale, qui facilite la recherche de contenus en dispensant de saisir du texte à la télécommande.

4
La nouvelle set-top box fait bien mieux en matière de services en ligne, par le biais des applications tierces disponibles sur le Google Play Store. Alors que Free refuse d'inclure Netflix au Freebox Player, par exemple, la Freebox mini 4K peut y accéder en quelques étapes.

5
Dans le même registre, la box est compatible Google Cast, la technologie sur laquelle repose la clé HDMI Chromecast. On peut ainsi diffuser facilement des contenus depuis un smartphone, par le biais de dizaines d'applications compatibles.

6
La Freebox mini 4K est une bien meilleure console de jeu (d'appoint) que le Freebox Player. Elle n'est pas plus performante, mais elle bénéficie ici encore de la richesse du catalogue du Google Play Store, sur lequel de nombreux jeux fonctionnent sans écran tactile, avec toutes sortes de manettes USB. La Freebox Révolution dispose elle aussi d'un catalogue de jeux, mais il n'a jamais décollé.

7
Encore dans la continuité du vaste catalogue applicatif d'Android, le petit décodeur est encore meilleur que le grand en matière de multimédia. Il est certes dépourvu de lecteur de Blu-ray, mais il est compatible avec des solutions éprouvées et plébiscitées comme Kodi (ex-XBMC), Plex ou même... Popcorn Time.

Freebox Révolution temporaire

Ce qu'elle fait moins bien


Fort heureusement pour Free, il y a aussi quelques choses que la Freebox mini 4K fait moins bien que la Freebox Révolution.

A
Elle n'intègre pas de disque dur, elle ne propose donc ni contrôle du direct (time shifting), ni fonction d'enregistrement de la télévision. À moins de brancher un support de stockage SD ou USB.

B
Le décodeur n'est pas compatible AirPlay, à moins de trouver une obscure application tierce qui fonctionnerait sans accès root. En revanche le routeur l'est, par le biais de sa sortie audio 3,5 mm.

C
Le routeur s'en tient au Wi-Fi 802.11n à 450 Mb/s, alors que la dernière révision du Freebox Server embarque du Wi-Fi 802.11ac à 867 Mb/s.

D
Elle est moins généreuse : elle n'est fournie ni avec des adaptateurs CPL, ni avec une manette de jeu, et les appels vers les mobiles ne sont pas inclus.

E
Enfin elle est probablement moins respectueuse de la vie privée, Google analysant les usages des utilisateurs qui ne s'y opposent pas afin de mieux cibler ses publicités.

Contenus relatifs
Modifié le 07/12/2016 à 16h43
Commentaires