La défragmentation : principe et logiciels

Ces logiciels sont-ils vraiment utiles ?


Il peut paraître curieux de se poser une telle question arrivé à ce stade de l'article, mais plusieurs interrogations méritent d'être soulevées après ce tour d'horizon de ces logiciels et de leurs performances.

L'outil de Windows n'est-il pas suffisant ?


Première question : quelle utilité de ces logiciels si l'outil de Windows est aussi efficace que les logiciels présentés ? Les résultats du défragmenteur de Microsoft sont loin d'être ridicules, même comparés à ceux de logiciels payants. Difficile toutefois de nier leur intérêt lorsque sous Vista (sans le SP1), il est impossible de choisir le disque à défragmenter ou de suivre l'évolution de l'opération (même avec le SP1). Il lui manque les nombreuses fonctionnalités disponibles même sur des logiciels gratuits et son occupation en mémoire est tout de même très importante (du moins sur XP), même si ce ne sera pas un problème pour ceux qui possèdent 2 Go de mémoire vive.

Défragmenteur Vista
Pour défragmenter un disque spécifiquement sous Vista, passage obligé par la ligne de commandes


Le gain dans les transferts


Second problème à soulever : si les chiffres de la page précédente, si serrés soient-ils, permettent de distinguer les logiciels entre eux, ils ne suffisent pas à déterminer le gain apporté par la défragmentation. Pour connaître ce gain, il faut savoir quels étaient les temps de transferts avant toute défragmentation, au moment où le disque est fragmenté à 69 %. Nous avons relevé ces chiffres qui sont les suivants :
  • pour le fichier de 5,4 Go : 1 minutes et 48 secondes ;
  • pour les 168 fichiers MP3 : 21 secondes ;
  • pour les données d'un total de 9,3 Go : 3 minutes et 20 secondes.
Vous l'avez compris, la défragmentation n'a que très peu amélioré les performances de lecture du disque, quand elle les a améliorées ! Cela veut-il pour autant dire que cette opération est inutile ? On peut l'imaginer, mais il y a un autre paramètre dont on ne tient pas compte ici : le temps d'accès à un disque. Difficile cependant d'évaluer cette grandeur par des tests synthétiques autrement qu'en mesurant le temps d'ouverture d'un gros fichier, par exemple, mais il y a assez peu de chance que ces tests soient significatifs.

Mieux que le défragmenteur, SuperCopier ?


Pour vérifier que notre protocole de test n'était pas limitant, nous avons utilisé un second disque dur, fragmenté à 90 %, pour lequel nous avons également effectué des tests de transferts. Et si nous n'avions aucun gain de performances pour le disque précédent, nous avons ici les 15 Go de données fraichement réorganisés en 8 minutes et 12 secondes alors qu'avant l'opération, le transfert avait été réalisé en 11 minutes et 40 secondes. Notre premier disque, pourtant fragmenté à 69 %, ne l'était donc pas suffisamment pour mettre réellement en valeur les programmes spécifiques. Mais qui possède un disque fragmenté à 90 % ?

Nous avons également introduit un paramètre supplémentaire lors de ce test de transfert : l'utilisation d'un logiciel visant à optimiser la copie sous Windows, à savoir SuperCopier 4. Alors que le gain de temps était tout à fait significatif via la copie de Windows (environ 30 %), la copie par SuperCopier a donné exactement le même résultat avant et après défragmentation, à savoir 7 minutes et 10 secondes... soit encore une minute de mieux que le meilleur résultat de Windows, après défragmentation. Mieux que la défragmentation, SuperCopier ? Attendu que le gain de temps d'accès n'est pas significatif et que le transfert s'effectue tout aussi bien avec ou sans défragmentation par SuperCopier (ou Teracopy sous Vista), c'est une conclusion tentante. Relativisons toutefois ce résultat (par ailleurs intéressant), notre partition de test (de 15 Go) étant suffisamment petite pour que le système de copie de SuperCopier contrebalance la forte fragmentation du disque. Il n'est pas évident qu'il en ait été de même avec un disque de 300 Go fragmenté à 90 %. De plus, si la copie avec ce logiciel est accélérée même en cas de fragmentation importante du disque dur, l'utilisation de SuperCopier peut elle-même induire une fragmentation plus importante, susceptible de ralentir le fonctionnement d'autres applications (on pense au traitement photo et vidéo par exemple).

logiciel PC SuperCopier
SuperCopier, un logiciel incontournable
Modifié le 12/05/2016 à 09h34
Commentaires