Adblock relance Flattr : rémunérer vaut mieux que bloquer

Eyeo, la société allemande derrière Adblock, la célèbre extension pour navigateurs, vient de relancer son autre extension, baptisée Flattr. Son principe : déterminer les sites gratuits que vous visitez le plus et leur reverser une rémunération.

Flattr, une extension pour rémunérer ses sites préférés


Si Adblock ambitionne de bloquer le plus de publicités possible, cela n'est pas sans conséquence pour la rentabilité des sites que cette extension vise. Consciente qu'elle leur coupe les vivres, Eyeo, la société qui l'a développée, vient de relancer son autre extension, qui était jusqu'ici en bêta. Baptisée Flattr en référence au mot anglais « flatter », elle fonctionne dans une logique totalement différente, en « flattant » de façon monétaire les créateurs de contenus qui choisissent de participer à son programme.

Concrètement, il s'agit pour Flattr d'inviter les internautes à souscrire à un abonnement mensuel, avec un montant fixe de 3 dollars minimum. Tout au long du mois, l'extension Flattr enregistre le temps que l'internaute passe sur différents sites gratuits. Une fois le mois écoulé, Flattr reverse à ces sites un certain pourcentage de la cagnotte rassemblée, le montant de cette dernière étant proportionnel au temps que les internautes ont passé sur le site en question.

Comment fonctionne Flattr ?


Flattr rémunérera tout site que les internautes auront apprécié


Flattr a d'ores et déjà des partenariats avec Wordpress, SoundCloud, Twitter, YouTube et Flickr, mais aussi avec des centaines d'autres sites. En théorie, n'importe quel éditeur de site Internet peut s'inscrire sur Flattr et prétendre à une rémunération. Afin d'en attirer le plus grand nombre, Flattr permet d'ailleurs aux internautes de choisir de rémunérer n'importe quel site de leur choix, même si celui-ci n'est pas encore inscrit au programme. Une fois une première cagnotte encaissée, Flattr contacte l'éditeur du site en question pour lui faire savoir qu'il peut à tout moment récupérer cette cagnotte s'il choisit de s'inscrire. Flattr espère ainsi inciter un maximum de sites à rejoindre son programme.

Sur les sommes encaissées auprès d'internautes, Flattr prélève une commission de 7,5 % (9 % le premier mois), une somme que les concepteurs du service expliquent être nécessaire pour faire fonctionner l'extension et couvrir les frais de virement.

La nouvelle version de Flattr se veut beaucoup plus incitative que la beta, où il fallait cliquer sur un bouton Flattr pour rémunérer un site. Les mois qui viennent permettront sans doute de savoir si cette extension trouve le succès espéré.


Modifié le 26/10/2017 à 18h43
Commentaires