WhatsApp commence à partager des données avec Facebook

Si l'application WhatsApp est récemment passée en mode gratuit, Facebook ne perd pas le nord et compte bien enrichir la base d'informations relatives à ses utilisateurs.

La semaine dernière, la société WhatsApp, rachetée pour quelque 19 milliards de dollars par Facebook en février 2014, annonçait vouloir changer son modèle économique. La société facturait effectivement ses clients iOS et Android, 89 centimes par an après la première année d'utilisation gratuite. L'entreprise expliquait vouloir tester des services permettant d'initier des discussions avec des sociétés et organismes spécifiques qu'il s'agisse d'une compagnie aérienne pour des informations en temps réel ou de sa banque.

A noter que cette stratégie a récemment été mise en place par Facebook pour Messenger. Il n'est donc pas surprenant que WhatsApp entende également renforcer ses liens avec la maison mère. Selon le blog spécialisé Android Authority, les premiers signes d'un rapprochement ont été découverts par un internaute.

Une nouvelle option devrait ainsi voir le jour au sein de l'application mobile invitant l'utilisateur à partager ses données personnelles sur son compte Facebook « pour améliorer son expérience ». Pour l'heure, la nature du partage est relativement vague et l'on ne sait pas si ces données incluent une transcription des échanges pour un meilleur ciblage publicitaire sur le réseau communautaire ou sur Messenger. Une chose est certaine en revanche, pour Facebook, il s'agit d'ajouter à sa base de nouveaux numéros de téléphone. Il ne lui resterait donc qu'à croiser les données.

WhatsApp + Facebook


Mais ce pistage devrait pouvoir être désactivé. WhatsApp ajoutera une option permettant de chiffrer les conversations de bout en bout. Il est expliqué que ni l'équipe de WhatsApp, ni des parties tierces ne pourront ainsi accéder au contenu des messages. En novembre 2014, WhatsApp avait travaillé avec Open Whisper System pour adopter un chiffrement similaire à celui implémenté au sein de TextSecure. Il n'est donc pas impossible que ce dispositif de sécurité soit prochainement désactivé par défaut pour favoriser le transfert des données.

Modifié le 29/01/2016 à 11h39
Commentaires