Le réseau Tor à travers le monde, via une carte envoûtante

Une société de visualisation de données s'est attelée à rendre palpables les échanges à travers le réseau Tor. Ce dernier publie en effet une base régulièrement mise à jour sur l'emplacement et la bande passante des ordinateurs qui utilisent sa technologie.

Aussi étonnant que cela puisse paraître pour un réseau qui se veut très confidentiel, le projet Tor met à disposition de tous une banque de données dans laquelle sont répertoriées les adresses des relais de son réseau, ainsi que la quantité de données qui y transitent. Des informations qui ne revêtent, vous l'aurez compris, aucun caractère propre à mettre à mal la sécurité du réseau.

La société de logiciels de data viz Uncharted a développé TorFlow, un projet qui utilise ces données. Le résultat : une carte des nœuds du réseau Tor et les mouvements de données qui le traversent.

Sur cette dernière, on observe à quel point les Européens ont adopté Tor, projet né aux États-Unis, pays qui fournit pourtant plus de 1 300 des 6 000 nœuds Tor à travers le monde. Le triangle Paris-Berlin-Amsterdam est particulièrement actif.


Mais ce qui frappe, c'est l'absence quasi complète de nœuds importants en dehors de ces deux zones et de Moscou. En Asie, l'Indonésie et, dans une moindre mesure, le Japon, font exception, alors qu'en Afrique, c'est la Côte d'Ivoire qui génère la quasi-totalité du trafic.

Une carte qui soulève évidemment quelques questions sur l'utilisation qui est faite du réseau.

A lire également :
Modifié le 18/01/2016 à 18h17
Commentaires