Il a arrêté Wannacry… et se fait arrêter pour un malware bancaire

Il avait fait la Une des journaux en mai 2017 lorsque l'attaque du ransomware Wannacry avait frappé plus de 150 pays dans le monde : il y avait joué un rôle primordial. Cette fois-là, par contre, il était du bon côté de la barricade : Marcus Hutchins, 23 ans, avait trouvé le moyen de stopper la propagation du malware en découvrant par hasard le « killswitch » du malware.

Selon le site Motherboard, qui dévoile l'information le 3 août 2017, Marcus Hutchins aurait été arrêté par le FBI après la conférence DefCon de Las Vegas.

Le héros de WannaCry arrêté pour le malware Kronos


Il l'avait dit lui-même après avoir tenté de garder son identité secrète : la solution qu'il a trouvée pour arrêter la propagation du ransomware WannaCry était simple et il l'avait trouvée par hasard. Le ransomware ne s'activait que si un nom de domaine précis n'était pas acheté : lorsqu'il a acheté le nom de domaine pour le compte de l'entreprise Kryptos Logic, le malware s'était automatiquement éteint.

Quelques mois plus tard, voilà que Marcus Hutchins est de nouveau sur le devant de la scène mais cette fois il a le mauvais rôle : selon MotherBoard, qui a pu confirmer l'information auprès de proches du jeune homme, le spécialiste de la cybersécurité a été arrêté en marge de la conférence DefCon de Las Vegas. Ce serait le FBI qui aurait emmené le jeune homme qui est soupçonné d'avoir créé le malware Kronos.

botnet malware ban


Kronos : un malware qui a frappé les banques


Le malware que Marcus Hutchins est soupçonné d'avoir aidé à créer et distribuer est bien connu des spécialistes de la sécurité informatique : il s'appelle Kronos et avait ciblé des banques un peu partout dans le monde entre juillet 2014 et juillet 2015. Il est encore en circulation mais il est désormais possible de s'en débarrasser.

Marcus Hutchins, qui répondrait sur Internet au pseudonyme « MalwareTech », ferait partie des pirates qui ont vendu Kronos à d'autres pirates informatiques, y compris des Russes, pour la somme de 7 000 dollars.

Modifié le 04/08/2017 à 09h39
Commentaires