le lundi 30 juillet 2007

Facebook également victime de délinquants sexuels?

Comme tout phénomène ayant le vent en poupe, les réseaux sociaux drainent le meilleur comme le pire... Alors que le géant MySpace vient de fermer 29.000 comptes au motif que ces derniers pouvaient dissimuler des délinquants sexuels, c'est aujourd'hui autour de l'étoile montante du réseau social, Facebook, de faire l'objet d'une enquête de police diligentée par l'état du Connecticut.

D'après Richard Blumenthal, procureur en charge de cette affaire, les différentes investigations menées jusqu'ici auraient permis de déceler au moins trois délinquants sexuels derrière un compte Facebook, ainsi qu'un certain nombre de contenus n'ayant pas leur place sur ce type de service.

Logo de Facebook
Fondé en 2004, Facebook a mis en place un certain nombre de protections destinées à le mettre à l'abri des ennuis rencontrés par MySpace. Par exemple, un utilisateur identifié comme ayant plus de 18 ans ne pourra pas consulter le profil d'un adolescent de moins de 18 ans si celui-ci ne l'a pas explicitement convié à faire partie de ses « amis ». En fonction des sujets de discussion qu'il fréquente et des gens avec qui il se lie, un adolescent n'est toutefois pas à l'abri de sollicitations à caractère sexuel.

Afin de protéger ses quelque 30 millions de membres, Facebook suggère la constitution d'une liste des délinquants sexuels reconnus au niveau des Etats-Unis. Il serait alors possible de comparer les inscrits au service à cette liste, de façon à détecter les profils suspects. 13 Etats américains auraient déjà entrepris de signer ou d'étudier cette proposition.
Modifié le 13/12/2010 à 16h47
Commentaires