le vendredi 30 janvier 2009

Leyio va lancer un mini disque dur UWB et USB

Leyio PSD
La société française Leyio basée à Bordeaux ambitionne de lancer prochainement un nouveau produit mobile destiné au partage de ses données multimédia, des photos aux vidéos en passant par des cartes de visite ou des liens web.

S'inspirant du principe du « beam » de données entre utilisateurs par infrarouge qui s'est démocratisé dans les années 90, Leyio a voulu proposer un nouveau type de terminal appelé « PSD », acronyme de Personal Sharing Device (appareil de partage personnel). Une sorte de mini disque dur « connecté » en quelque sorte.

De la taille d'une grosse boite d'allumette, ce « PSD » possède une mémoire Flash de 16 Go, un écran, une connectique filaire USB pour transférer ses données sur un PC ou pour les partager sur une clé USB, et enfin une compatibilité avec la technologie sans fil UWB (Ultra Wide Band). Cette dernière promet des débits théoriques de 480 Mbps, équivalents à ceux de la norme USB 2.0, sur une dizaine de mètres avec une très faible consommation électrique. La prochaine révision du Bluetooth devrait utiliser une telle technologie.

Une clé USB Ultra Wide Band (UWB) ?
Leyio compte donc la démocratiser en permettant à deux possesseurs de « PSD » de s'échanger via l'UWB des données via une vitesse de l'ordre 10 Mo par seconde. Pour ce faire, la société propose de simplifier la procédure en secouant le terminal pour lancer le transfert, l'écran servant alors pour sélectionner les données à partager. Pourquoi choisir l'UWB plutôt que le WiFi ou le Bluetooth ?

A cela Franck Gaheneau, le vice-président de Leyio, nous précise que sans être un promoteur de la technologie, le choix de l'UWB a été naturel, voulant proposer un « appairage simple entre deux terminaux - il suffit d'appuyer une seconde et demi sur un bouton que le processus soit automatisé - et une vitesse de transfert élevée - débit 4 à 5 fois plus élevé que le WiFi - » même si d'autres technologies pourraient à l'avenir être utilisées. « Si demain des technologies comme le WiFi-N évoluent dans le bon sens, nous ne nous interdisons pas de les intégrer dans nos produits », ajoute-t-il.

Car l'ambition de la marque est effectivement de proposer toute une gamme de produits grand public, le « PSD » avec ses fonctions de partage étant le premier d'entre eux. « Nous souhaitons faire interagir les terminaux entre eux et permettre d'accéder à ses différents avatars (réseaux sociaux, données personnelles) dans le monde réel. Nous voulons que des objets portent nos profils sur Internet », précise Franck Gaheneau.

Pas de fonction d'écoute de musiques numériques ou de visualisation de vidéos
En revanche, il est à noter que le « PSD » ne permet pas d'écouter des musiques numériques ou d'afficher des vidéos malgré la présence d'un écran. Enfin, contrairement à certains appareils de sauvegarde de contenus numériques, le produit de Leyio ne dispose pas non plus de lecteur de carte mémoire intégré. « Nous voulions vraiment mettre en avant la fonction de partage de notre terminal et non ses éventuelles fonctions annexes (musiques ou vidéos), difficiles à intégrer correctement. L'écran, volontairement de petite taille, peut par contre afficher des images pour permettre de les sélectionner plus rapidement. Le choix d'un terminal multimédia n'était de plus pas judicieux considérant que les utilisateurs ont déjà des produits dédiés pour le MP3 ou la vidéo », confirme-t-il.

Reste à savoir si avec une sortie au début du mois d'avril prochain pour un prix, encore non définitif, qui devrait avoisiner les 150 euros, les mobinautes seront prêts à investir une telle somme pour s'offrir un tel terminal assez atypique. « Nous intégrons des technologies qui ont un coût : une batterie, un écran et un transfert de personne à personne rapide », ajoute-t-il enfin.
Modifié le 13/12/2010 à 16h47
Commentaires