le vendredi 14 mars 2008

Loïc Roussel “Feedbooks.com est un peu le YouTube du papier électronique”

Fondateur de Feedbooks.com, Loïc ROUSSEL profite de l'ouverture du salon du livre pour présenter cette plate-forme de téléchargement et de publication de contenu e-paper universelle.


Loïc Roussel
JB -Loïc Roussel. Plus de 8 ans après le faux départ de Cytale, 2008 sera t'elle enfin l'année du livrel, le livre électronique ?

LR -Soyons réalistes, avec une estimation de ventes de 1 million de livrels en 2008 (400K en 2007), on ne peut pas parler d'un marché grand public. Mais n'oublions pas que ces ventes sont liées au fait que la capacité de production d'écrans à encre électronique, issue de la technologie eIn, est encore très restreinte avec aujourd'hui une seule usine dans le monde : le taïwanais PVI. Avec l'ouverture de nouvelles usines comme celle de Plastic Logic, prévue courant 2008, l'offre va se multiplier et résoudre le problème persistant de rupture de stock constatée chez à peu près tous les fabricants ou plutôt « packageurs » de livrels tels qu'Amazon, Sony, ou Bookeen... Mais, selon nous, l'éclosion du marché de masse se situe plutôt à un horizon de 3 ans (le cabinet d'études Afaics parle de 40M de livrels vendus en 2010). Nous nous y préparons !

JB -Quelle est l'ambition de Feedboks exactement, mettre un terme à la guerre des formats et répondre à la multiplication des terminaux de lecture ?

LR -Feedbooks propose une plate-forme de téléchargement et de publication de contenu e-paper UNIVERSELLE, c'est-à-dire compatible avec tous les types de formats de fichiers et de terminaux de papier électronique et téléphones mobiles existants. En clair, en utilisant Feedbooks, le consommateur pourra télécharger ou publier du contenu e-paper quelque soit le livrel (Sony, Kindle, iRex...) ou téléphone mobile utilisé. Pour l'heure, nous proposons environ 4,000 ebooks gratuits essentiellement en anglais et en français (on y retrouve de grands auteurs comme Hugo, Balzac, Maupassant mais aussi des contemporains comme Cory Doctorow) ainsi qu'un kiosque de presse à le demande, gratuit également. Nous lancerons des offres premiums prochainement. Notons également que notre service est encore exclusivement en anglais, les US étant notre marché n°1.

JB -Quel est votre modèle économique exactement ? Ambitionnez vous de devenir une place de marché concurrente de la solution Amazon / Mobipocket / Kindle ?

Notre modèle économique s'articule autour de plusieurs axes :

« B to C » : Notre site grand public Feedbooks.com est un peu le YouTube du papier électronique et compte déjà plus de 170K téléchargement de livres numériques et d'articles de presse par mois avec une croissance mensuelle de 50%. Notons que nos principaux marchés sont les Etats-Unis/Canada, la France, et l'Asie. Nous ambitionnons de développer cette position de carrefour universel du e-paper, en terme de contenus, publication UGC et presse à la demande. Aujourd'hui une place de marché du GRATUIT (lié à un modèle économique publicitaire et partenariats), et demain des offres premium donnant accès à un contenu plus large (ebooks mais aussi Presse).

« B to B to C » : Feedbooks s'apprête à lancer une offre « clef en mains » -plateforme de génération à la volée et distribution + contenus + logiciels embarqués + livrels à la demande - permettant aux ayant droits de proposer leurs contenus en format e-paper. En clair, un groupe d'édition ou de presse souhaitant lancer une offre e-paper pourra le faire très facilement en s'appuyant sur notre plate-forme, qui offre également l'avantage de s'interfacer avec tout type de base de donnée.

« B to B » : Plusieurs grands groupes industriels se préparent à migrer leur documentation interne, rapports, ou catalogues de pièces détachées au format e-paper pour bénéficier de ses nombreux avantages (flexibilité, réactivité, portabilité...). Là encore, Feedbooks répond à cette demande avec une offre intégrée allant de la plate-forme multi-format jusqu'au développement de terminaux e-paper spécifiques.

On précisera pour les terminaux e-paper que notre stratégie repose principalement sur le logiciel embarqué que nous avons développé (via une équipe de développeurs dédiée), et que nous vendons sous forme de licence. Nous proposons également des terminaux développés à la demande de nos partenaires avec les meilleurs fournisseurs et technologies du moment. A ce titre, nous nous penchons sur le développement des prochains livrels à écrans flexibles qui devraient être lancés avant la fin de l'année.

JB -Quels sont vos moyens financiers ? Recherchez vous des investisseurs ?

LR -Créée par moi-même et Hadrien Gardeur, la société FeedBooks S.A.S compte aujourd'hui 7 personnes qui travaillent à son développement. Nous avons bénéficié d'une aide Oséo dans le cadre du concours du Ministère de la recherche en juin 2007, ainsi que de l'arrivée en août 07 d'un Business Angel très actif, Jérôme Archambeaud, ancien DG de Skype France, avec qui nous avons travaillé les fondamentaux de FeedBooks et la mise en place d'un advisory board de conseillés qualifiés pour appuyer nos décisions stratégiques.

Nous réfléchissons en ce moment à une levée de fonds pour accélérer notre développement, tout en validant le plus possible nos modèles économiques. Le succès croissant de notre service « B to C » et notre contact avec les consommateurs nous permet de comprendre de mieux en mieux ce marché émergeant.

JB -Loïc Roussel, je vous remercie.
Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )